EN VIDEO – Quand Johnny Hallyday était une star de la publicité

,

EN VIDEO – Quand Johnny Hallyday était une star de la publicité

Disparu dans la nuit de mardi à mercredi, Johnny Hallyday laissera une trace impérissable dans le paysage musical français. Mais pas seulement. Star incontournable durant plus d’un demi-siècle, le rockeur français a fréquemment été sollicité pour différentes publicités restées célèbres. Depuis 1955 jusqu’aux années 2000, retour sur ce pan également important de la carrière du chanteur. 

Tout commence en 1955. Alors âgé de 12 ans seulement, Johnny Hallyday est encore loin d’être la bête de scène que l’on a connue durant des années. A cette époque, le jeune Jean-Philippe rêve de devenir acteur et obtient rapidement quelques petites apparitions. Dans cette publicité pour les vêtements Alba Junior, le jeune homme joue le rôle de l’aîné d’une famille de l’époque, habillé par ce que la publicité qualifie de « plus beaux vêtements de Paris ». Les tissus utilisés, révolutionnaires pour l’époque, étaient censée grandir avec l’enfant et surtout résister aux « brisefers », comprendre les enfants. 

Danone, Legal, Johnny star de l’agro-alimentaire

L’année de la sortie de son album Cadillac, en 1989, Johnny Hallyday surprend en s’associant avec la marque Danone.  A la fin des années 1980, la marque de produits laitiers avait déjà frappé un grand coup grâce à une publicité où l’on voit les premiers pas d’un enfant, rythmés par le célèbre « Allez venez, Milord » d’Edith Piaf. Cette fois-ci, la scène met en scène une femme d’apparence sportive qui déguste un yaourt. En fond sonore, Johnny Hallyday fredonne, sur un air de balade, un langoureux « oui j’ai envie de vivre pour toi, envie de vivre pour toi. » Trois publicités avec autant de couplets différents avaient été produites pour l’occasion. 

En 1992, Johnny Hallyday est à l’apogée de sa carrière et ses imposantes tournées des stades font le bonheur des fans. Cette publicité pour les cafés Grand Arabica de la marque Legal met en scène le rockeur, dans sa loge, probablement avant un concert, en train de déguster une tasse du précieux arôme. « Grand Arabica, c’est le café que j’aime » explique-t-il. 

Optic 2000, une collaboration encore légendaire

La collaboration de Johnny Hallyday et l’opticien Optic 2000 est très certainement celle qui a le plus marqué l’imaginaire collectif. Le célèbre slogan « Ooooptic 2000! », chanté à pleine voix par le rockeur entre 2001 et 2009 est d’ailleurs une idée originale du chanteur. « C’est lui qui a eu un jour cette idée, il n’aimait pas le jingle original » explique Eric Bousquet, PDG de l’agence Business, qui a réalisé tous les films avec le chanteur dans une interview aux Echos

« Année après année, la présence de Johnny Hallyday dans les campagnes de communication a eu des répercussions très positives pour l’enseigne » et a permis à Optic 2000 de s’implanter durablement sur le marché des lunettes. Le concept des publicités était simple: réaliser plusieurs petits films qui mettaient en scène ses plus grands succès: Quoi, ma gueule?, Les Coups etc…

Aujourd’hui encore, Optic 2000 est intimement liée à l’image de Johnny Hallyday. Le jour de son décès, huit ans après la fin de la collaboration, Le Parisien s’est rendu chez un vendeur franchisé. « Cela prouve que c’était une pub réussie car tout le monde s’en souvient aussi longtemps après. C’était un très bon coup marketing car c’est une idole transgénérationnelle et populaire. Et puis impossible de ne pas garder cette voix dans la tête », explique une responsable. 



Lire l’article sur BFMTV

Qu'en pensez-vous ?

0 points
Upvote Downvote

Total votes: 0

Upvotes: 0

Upvotes percentage: 0.000000%

Downvotes: 0

Downvotes percentage: 0.000000%

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi tout le monde craque pour l’ourson Paddington

Pourquoi tout le monde craque pour l’ourson Paddington

Larmes de Michel Drucker pour Johnny: « Je n’ai pas pu m’empêcher »

Larmes de Michel Drucker pour Johnny: « Je n’ai pas pu m’empêcher »